Une mutuelle créée par des pompiers pour les soldats du feu
mutuelle
des sapeurs-pompiers
de paris
Accueil du site > Présentation > Le mot du président
 

Le mot du président (mai 2014 lors de l’assemblée générale)

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA MSPP A L’OUVERTURE DE L’AG 2014.

Le président Le président

Mon colonel, Mesdames, Messieurs les administrateurs, Mesdames, Messieurs, Chers adhérents,

C’est avec plaisir que j’ouvre cette 59ème assemblée générale en la présence du colonel Malié, colonel adjoint territorial, représentant le général commandant la brigade de sapeurs-pompiers de Paris, qui nous prie de l’excuser de ne pouvoir se joindre à nous aujourd’hui mais qui montre clairement son fort attachement à la mutuelle et m’a demandé de rappeler le lien indéfectible qui associe la BSPP à la mutuelle, bien que sous statut d’entreprise privée indépendante, il est surtout le fruit de l’histoire mais aussi de l’esprit de solidarité et d’entraide qui anime toute une communauté.

Je remercie chacun d’entre vous qui êtes présents cet après-midi, à un moment important dans la vie de notre mutuelle, car on ne le dit jamais assez souvent, la mutuelle a besoin de votre avis, a besoin de vous exposer sa stratégie, a besoin de votre soutien, enfin a besoin de votre implication. Aussi, ce rendez-vous annuel incontournable est un moment privilégié d’échanges, un moment privilégié pendant lequel l’équipe de la mutuelle va vous présenter à cœur ouvert toute l’étendue de son action pour l’année passée et celle à venir, va vous demander votre appui au moment où des décisions importantes vont engager l’avenir de la mutuelle et par voie de conséquence votre couverture complémentaire santé. Ce sujet est suffisamment sérieux pour que nous y consacrions un peu de notre temps, alors encore une fois, merci de votre présence.

Mon premier point portera sur le fort renouvellement des mandats qui vous est proposé cette année. La mutuelle va vous demander de voter le renouvellement ou la reconduction d’un nombre conséquent de ses administrateurs. Prenez le temps d’y réfléchir et de manifester votre approbation ou votre réprobation, le vote est là pour cela. Mais, d’un côté comme de l’autre soyez mesurés et reconnaissez le dévouement et l’engagement de vos administrateurs jusqu’à ce jour et leur volonté de continuer dans cet état d’esprit désintéressé, car c’est bien dans ce désintéressement, je parle du bénévolat total, que réside une bonne part de notre modèle vertueux. Alors, oui, vous avez en face de vous non pas que des experts de la couverture santé, mais ceux qui sont devant vous capitalisent déjà une forte expérience de l’environnement mutualiste, sont au fait des évolutions de ce secteur et sans pensée partisane, agissent dans l’intérêt de tous en bon père de famille.

Mon second point, s’attachera à vous présenter l’état des forces en présence dans le milieu mutualiste et surtout quelles sont les forces qui agissent sur la conduite de notre action. Elles sont de deux ordres. Le premier, vos dépenses de santé et votre comportement en tant qu’acteur responsable et solidaire d’un système en équilibre fragile. Je veux dire par là, que les dépenses de remboursement sont en constante évolution et croissent plus vite que les recettes, qui ne sont qu’essentiellement vos cotisations. Le second, c’est l’environnement politique, économique, social et fiscal qui interagit sur la conduite opérationnelle d’une mutuelle.

Le gouvernement place toujours le débat autour de la sanctuarisation du régime obligatoire, comme socle de la protection sociale avec comme corollaire la place et le rôle des organismes complémentaires et notamment des mutuelles à travers l’accord national interprofessionnel (ANI). Très clairement, il s’agit d’évoquer là l’augmentation des taxes sur les mutuelles qui imposent un renchérissement des cotisations (rappelons qu’en 15 ans nous sommes passés de 0 % de taxes à 13,27%).

Le marché de la complémentaire santé est un marché toujours plus concurrentiel, où les acteurs historiques (mutuelles publiques) cèdent progressivement le pas aux assureurs privés, aux bancassureurs et aux institutions de prévoyances, qui la plupart du temps proposent des couvertures plus onéreuses mais ces groupes ont l’avantage de pouvoir se financer au moyen d’autres produits très rémunérateurs (diversifications), que les mutuelles publiques ne peuvent proposer. Ainsi, le réseau public se contracte et doit le plus souvent envisager une possible évolution de leur contrat, notamment sur l’aspect collectif de celui-ci. Pour l’heure, il nous faut faire face et ça passera par une évolution de nos cotisations. Les autres sujets qui nous touchent également, sont les dépassements d’honoraires, le conventionnement avec les professionnels de santé, le projet de directive européenne « solvabilité 2 » ; autant de sujets qui peuvent remodeler la situation de notre mutuelle. Voilà simplement exposé nos pistes de réflexion et croyez moi, ça occupe, si on rajoute les incessantes évolutions du cadre réglementaire appliqué à la gouvernance des mutuelles, qui demande toujours plus de professionnalisation dans la conduite des contrôles, de nouvelles normes comptables, de nouveaux états à fournir à l’autorité de contrôle prudentiel et résolution, de nouvelles formations fortement incitatives pour vos administrateurs. Tout cela pourrait paraître rassurant, en fait tout cela doit faire clairement comprendre que les autorités rapprochent de plus en plus la gestion des mutuelles de celles des organismes banques/assurances, et dans ce contexte pour le moment, nous ne luttons pas à armes égales.

Ce qui m’amène à mon troisième point, quelle est la santé de votre mutuelle à l’issue de l’exercice 2013 et comment abordons-nous l’avenir. Les quelques chiffres que je vais vous livrer et qui seront plus amplement commentés au cours de cette assemblée, devraient vous permettre d’apprécier la rigueur de gestion manifestée par toute l’équipe de la mutuelle et vous faire réfléchir sur nos tous prochains défis, rien d’insurmontable, mais vous devez appréhender que les marges de manœuvre sont minces.

Nous terminons l’exercice avec un excédent de 780K€. Un excédent est toujours intéressant, d’autant qu’il provient d’un produit qu’il n’a pas été possible de calculer dans notre projet de budget, mais cette valeur, bien qu’importante, ne permet aucune revalorisation sérieuse du panier des prestations. 90,91% des cotisations perçues vous ont été reversées, le reste a été engagé dans les taxes, impôts et charges de gestion. Ce rapport 90/10 est très bon, quand on sait qu’il est en général de 80/20 pour la majorité des organismes semblables. Toutefois, cela ne doit pas cacher le fait que nos dépenses de santé ont augmenté de près de 2%. Les effectifs, quant à eux, ont cru d’un %, soit plus qu’en 2012. Ça peut paraître faible, mais ce qui est déterminant c’est le sens de l’évolution, positif. Nous comptons 14900 adhérents pour un total de 31.000 personnes couvertes. Enfin, vos dossiers des prestations ont été traités sur une période allant de 5 à 7 jours, ce qui est un très bon indice de performance.

Nous sommes donc en bonne santé mais devons réajuster notre politique. En effet, les augmentations de taxes nous contraignent à revoir plus régulièrement notre politique tarifaire, la labellisation dans le monde mutualiste nous interpelle aussi, enfin les notions de reprise et de continuité d’activité s’imposent également à nous. Des propositions en ce sens vous seront faites. N’oublions pas que votre mutuelle est concentrée au maximum sur le plan des ressources humaines, et que la couverture complémentaire proposée par votre mutuelle est un produit plutôt haut de gamme et qu’en moyenne, si vous deviez prendre les mêmes garanties chez la concurrence, il vous en coûterait généralement, une cotisation à 100 % par adulte couvert et un forfait enfant souvent proche des 20 euros. Vous n’êtes pas obligés de me croire, mais je ne peux que vous encourager à faire tourner les comparateurs qui foisonnent sur internet. Autre défi, celui de la gouvernance. Votre mutuelle évolue régulièrement, dans ses statuts, dans ses règles de gestion et également dans sa gouvernance, surtout dans les aptitudes qui sont demandées à vos administrateurs, marquant profondément leur engagement au profit de la collectivité. Aussi, soyez soucieux de ceux pour qui votre vote renouvèlera le mandat ou permettra d’entrer au conseil d’administration. J’en profite aussi pour lancer un appel à candidature, chaque année nous renouvelons une partie de nos administrateurs, j’en appelle à la volonté d’engagement des plus jeunes, et plus largement des actifs au profit de leur mutuelle, chacun peut y trouver sa place, il suffit de dégager un peu de temps, de la bonne volonté et une envie de participer à un véritable projet responsable et solidaire. Relevez le défi ! Dites-vous simplement que ça ne peut pas toujours dépendre que des autres. Merci de votre compréhension.

Enfin, je voudrai assurer, devant vous, de ma confiance à l’ensemble du personnel de la mutuelle qui met tout en œuvre pour vous servir avec toujours plus de dévouement et de personnalisation, pour les remercier de leur formidable investissement et de l’intérêt qu’il porte à chacun des cas qu’ils ont à traiter.

A présent, il me reste à vous souhaiter une bonne assemblée générale et à vous remercier une nouvelle fois de votre présence, qui nous est essentielle et qui doit véritablement vous permettre de mesurer le travail accompli et l’importance de bénéficier d’une complémentaire santé animée par des sapeurs-pompiers de Paris pour des sapeurs-pompiers de Paris, actifs, anciens ou retraités. Merci de votre attention.

Colonel Jean-Marie GONTIER

imprimer cette page - retour à l'accueil - haut de page
Contact & Coordonnées